fase 76

8 février 1962. « Le savoir faire de la police » faisait 9 morts à PARIS

Madame  la  ministre  ALLIOT  MARIE  en  proposant  à  BEN  ALI  de  lui  apporter  le  « savoir  faire  de  la   police  Française  en   matière  de  maintien  de  l’ordre »   avait  certainement  en  référence   les  événements  du  8  février 1962  et   ceux  du  17  octobre  1961.

 

André  GENOT
5 rue  Louis  BRAILLE
30600  VAUVERT                                                                        
TEMOIGNAGE-MEMOIRE



8 février  1962.  « Le  savoir  faire  de  la  police »  faisait  9  morts  à  PARIS


Il  ne  faut  pas  oublier.




Madame  la  ministre  ALLIOT  MARIE  en  proposant  à  BEN  ALI  de  lui  apporter  le  « savoir  faire  de  la   police  Française  en   matière  de  maintien  de  l’ordre »   avait  certainement  en  référence   les  événements  du  8  février 1962  et   ceux  du  17  octobre  1961.



Retour  en  arrière :

De  1955  à  1957  avant  d’être  appelé  malgré  moi  et  avec  des  milliers  de  jeunes  du  contingent  « à  maintenir  l’ordre  en  ALGÉRIE »,  j’avais  de  nombreuses  fois  manifesté  avec  la  jeunesse  communiste  pour  exiger  la  paix  et  refuser  l’envoi  du  contingent  sur  le  sol  Algérien.
Nous  étions  si  peu  nombreux  que  la  police  nous  dispersait  rapidement.

À  mon  retour  en  1961,  les  manifestations  sous  différentes  formes  étaient  plus  nombreuses,  plus  massives  et  plus  unitaires.
Elles  exigeaient  toujours  LA  PAIX  en  ALGERIE  mais  elles  dénonçaient  également  les  attentats  de  l’ O A S  qui  n’hésitait  pas  à  faire  exploser  aveuglément  des  bombes  dans  PARIS.
Le  7  mars  1962  les  factieux  faisaient  déferler  une  vague  d’attentats  visant  des  personnalités  ou  frappant  au  hasard.  
Une  charge  de  plastic  posée  au  domicile  du  ministre André  MALRAUX  allait  défigurer  la  petite  Delphine  RENARD.  C’était  affreux  de  voir  dans  la  presse  le  visage  ensanglanté  de  cette  petite  fille  de  4  ans.

En  riposte,  le  8  février  une  manifestation  était  organisée  en  soirée  par  la  CGT,  la  CFTC,  le  SNI,  la  FEN  le  mouvement  de  la  Paix,  le  Parti  Communiste,  la  JC  et  le  PSU.  
Nous  devions  nous  regrouper  à  18h30  à  la  BASTILLE.
Le  préfet  de  police  PAPON  et  le  ministre  de  l’intérieur  Roger  FREY  avaient  interdit  la  manifestation  si  bien  qu’au  dernier  moment,  la  BASTILLE  n’étant  pas  accessible,  5  cortèges  différents  s’étaient  constitués.
Je  me  trouvais  à  proximité  de  la  gare  de  LYON.  Nous  étions  nombreux  et  déterminés.
Les  mots  d’ordre  étaient  «  PAIX  en  ALGERIE »,   « OAS  =  FASCISME »
L’objectif  était  de  converger  vers  la  BASTILLE  lieu  hautement  symbolique.
Les  CRS  ont  chargé  avec  une  violence  inouïe.  Les  coups  de  matraques  tombaient  comme  grêlons.  C’était  un  nouvel  équipement  appelé  « bidule ».  Une  de  mes  épaules  s’en  souvient  encore.
Après  la  dispersion forcée  j’ai  erré  dans  le  secteur.
Il  y  avait  de  nombreux  blessés  et  la  route  était  jonchée  de  chaussures,  de  sacs  à  main  et  de  bien  d’autres objets.
Je  suis  rentré  chez  moi  en  banlieue.  A  la  radio,  les  informations  faisaient  état  des  manifestations  et  annonçaient  des  morts  au  métro  CHARONNE.  

Le  lendemain  matin  l’Humanité  et  Libération  étaient  censurés.  On  allait  très  vite  apprendre  que  la  répression  policière  commandée  par  PAPON  avait  fait  huit  morts  et  250  blessés  dont  un  dans  un  coma  profond  et  qui  allait  décéder  de  ses  blessures  deux  mois  plus  tard.
9 morts,  tous  militants  de  la  CGT  et  dont  8  étaient  membres  du  Parti Communiste  Français.  
Ce  n’est  pas  sans signification.

Le  13  février,  jour  des  obsèques,  la  foule  se  rassemblait  nombreuse  et  recueillie  devant  la  bourse  du  travail.  Je  m’étais  mis  en  grève  pour  être  présent   malgré  les  pressions  de  l’ingénieur  chef  du  bureau  d’études,  centralien  qui  ne  brillait  pas  par  son  humanisme.
Un  long  cortège  d’un  million  de  personnes  allait  remonter  jusqu’au  cimetière  du  père  LACHAISE  derrière  les  immenses portraits  des  victimes  portés  par  leurs  camarades.
Une  foule  énorme,  émue  aux  larmes,  silencieuse  et  consciente  de  l’importance  historique  du  moment.  En  effet,  des  pourparlers  étaient  engagés  à  EVIAN  avec  le  gouvernement  provisoire  de  la  République  Algérienne depuis  le  20  mai  1961.
PAPON  avait  frappé  à  CHARONNE  pour  empêcher  que  le  peuple  intervienne  pour  un  aboutissement  rapide  des  accords  de  paix.

LE  19  mars  les  accords  d ’ EVIAN  étaient  signés  et  c’était  l’appel  au  cessez  le  feu.

Les  morts  de  CHARONNE  ont  marqué  de  leurs  noms  cette  longue  lutte  pour  la  paix  en  ALGERIE.

Il  ne  faut  pas  oublier  ces  dramatiques événements  auxquels  il  faut  ajouter  ceux  du  17  octobre  1961.  Ce  soir  là,  PAPON  lançait  ses  unités  spéciales  contre  les  Algériens  qui  manifestaient  à  l’appel  du  FLN.
Officiellement  on  ne  parlera  pas  des  morts  tombés  sous  les  coups  de  la  police  française  ce  17  octobre.
Ils  furent  nombreux.  On  parle  de  400  morts  et  de  milliers  de  blessés.
La  Seine  charriait  des  corps  mais  on  ne  saura  jamais.

Depuis  1962,  l ’ Etat  français  garde  le  secret  et  refuse  de  reconnaître  que  sa  responsabilité  est  engagée  dans  la  tuerie  d’octobre  1961  et  celle  du  8  février  1962  à  CHARONNE.  Ces  deux  événements  dramatiques  ne peuvent  pas  être  dissociés.
Et  PAPON,  ce  collaborateur,  ce  salaud  qui  organisait  les  convois  de  la  déportation  durant  la  guerre  39   45  en  Gironde,  avait  donné  là,  à  PARIS  où  il  était  préfet  après  avoir  été  blanchi,  l’exemple  du  « savoir  faire  en  matière  de  maintien  de  l’ordre »

A  l’assemblée  nationale  à  la  question  d’un  député  communiste  qui  lui  demandait  en  décembre  2010  quelle  aide  la  FRANCE  pouvait  apporter  au  peuple  Tunisien  dans  sa  conquête  de  liberté,  madame  ALLIOT  MARIE  pouvait  dire ;  «  nous  proposons  à  la  TUNISIE   le  savoir  faire  de  la  France  en  matière  de  maintien  de  l’ordre »
N’y  a  t- il  pas  motif  à   s’ INDIGNER   et  à  se  REVOLTER ?


Amis et  camarades  n’oubliez  pas.

N’oubliez  pas :

Daniel  FERY  qui  avait  14  ans,  Anne  GODEAU  24  ans,  Fany  DEWERPE  et  Suzanne  MARTORELL  mères  de  famille,   Edouard  LEMARCHAND,  Jean  Pierre  BERNARD,  Maurice  POCHARD,  Raymond  WINTGENS,  Hyppolite  PINA  qui  manifestaient  pacifiquement  pour  la  paix  en  ALGERIE  et  contre  les  crimes  de  l ’ O A S  et  que  la  police  française  a  assassinés  un soir  de  1962  au  métro  CHARONNE.

Le  passé  aide  à la  compréhension  du  présent  et  de  l’avenir.
C’est  un  combat  pour  la  mémoire,  une  lutte  contre  l’oubli.


André  GENOT

VAUVERT  le  6  février  2011.

 logo fase 2011-var-1-2

Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique de Seine-Maritime     

FASE 76

front de gauche

Vous êtes ici : Accueil Libre expression Libre expression 8 février 1962. « Le savoir faire de la police » faisait 9 morts à PARIS